4ème épisode : Mythe ou réalité ?

4

Tout comme nous, le roi Salomon et ses pairs avaient été relégués eux aussi dans le confinement. Celui-ci a pris fin depuis quelques semaines et il est temps de les en sortir. Finies les vacances, je reprends la plume pour ce 4ème Episode de Abraham et Anne-Marie, toujours en recherche des causes qui auraient pu engendrer l’antisémitisme. Nous avions terminé le 3ème épisode sur la mort du roi David en 970 av. JC, et l’avènement de son fils Salomon.

Il faut cependant rester lucide et s’interroger sur la véracité historique de ces faits. Les diverses difficultés rencontrées lors des fouilles archéologiques ont conduit à des chronologies et des reconstructions différentes entre lesquelles il est difficile de trancher.

Fouilles archéologiques à Jérusalem
Sous quelle pierre se cache la vérité ?

Selon l’approche traditionnelle, des dirigeants charismatiques tels que Saül, David et Salomon ont mis en place le premier État centralisé au Xe siècle av. J.-C. Selon d’autres théories, cette monarchie unifiée n’a aucun fondement. Ainsi, d’après Thomas Römer : « l’idée d’un grand royaume uni sous David et Salomon relève davantage de l’imagination des auteurs bibliques que de la réalité historique ». Tandis que pour l’archéologue israélien Israël Finkelstein, les premiers dirigeants israélites n’étaient à la tête que de chefferies sans administration avancée. Ils ne sont à l’origine d’aucune architecture monumentale, celle-ci n’apparaissant en Israël que beaucoup plus tard. Pour Amihai Mazar, il est impossible de distinguer les niveaux archéologiques appartenant au Xe siècle av. J.-C. de ceux du IXe siècle av. J.-C.

Suivant la théologie du livre des Rois, la monarchie est décidée par le dieu national Yahweh, celui qui n’a pas de nom mais un intermédiaire fort compétent : le prophète Samuel. La Bible explique que le royaume d’Israël se forme à la suite de l’assemblée de Sichem, la ville où le Bon Dieu parla à Abraham, (évoqué  dans notre premier épisode) 1000 ans avant le règne du roi Salomon. À la mort de ce dernier, le royaume d’Israël mené par Jéroboam, ancien exilé en Egypte, et le royaume de Juda dirigé par le fils de Salomon, Roboam, connurent un clash et c’est Israël qui l’emporte. Le nouveau royaume rassemble dix tribus israélites, face à Roboam, successeur légitime de la dynastie du roi David qui ne règne plus que sur les tribus de Juda, de Benjamin et sur les prêtres du temple de Jérusalem. En 933 av. J.-C., la séparation sera totale entre les deux royaumes frères : celui d’Israël et de Juda. Deux étendues désertiques sans réelle frontière.

khirbet-keyafa
Site archéologique de Khirbet Keyafa, royaume de Juda

L’histoire telle qu’elle est contée dans l’ancien testament présente cet acte comme une apostasie et une trahison envers Yahweh. La dynastie du roi David est garante de son lien avec le Bon Dieu et Jérusalem occupe une place centrale dans cette relation. Si un royaume a effectivement été mis en place par David et Salomon sur l’ensemble de la terre d’Israël, la sécession du nord montre que ce royaume n’avait pas d’unité, l’organisation mise en place par David et Salomon n’ayant pas réussi à fédérer les tribus du nord et du sud. En conséquence, la monarchie s’effondre à la mort du dernier des grands rois. Ensuite, des héritiers s’enchaînent dans le désordre jusqu’à l’arrivée de Omri, arrière-arrière-arrière-petit-fils de Salomon, en 876 av. J-C.

La dynastie d’Omri

C’est à partir du IXe siècle av. J.-C. que les données archéologiques confirment sans ambiguïté l’existence du royaume nordiste d’Israël.

Au IXe siècle av. J.-C., la dynastie omride voit la transformation du royaume d’Israël en une puissance régionale grâce à la politique d’alliance avec les royaumes voisins menée par Omri. C’est lui le véritable roi conquérant et non David, comme décrit dans la Bible. Cependant, la nouvelle nation est menacée à l’est par l’expansion de l’Assyrie, région qui s’étend aujourd’hui sur le nord de l’Irak et le nord-est de la Syrie. À la bataille de Qarqar, Omri et une coalition des petits États du Levant essaient de stopper l’avancée du royaume assyrien de Salmanazar III.

Malgré les nombreuses réalisations d’Achab, le fils ainé d’Omri, il est décrit par la Bible comme un roi faible, accusé d’avoir encouragé le culte du dieu cananéen Baal et en perpétuel conflit avec le prophète Elie. Pourtant les succès des premiers omrides sont indéniables. Leur puissance nouvelle s’exprime par une architecture monumentale : des constructions magnifiques dans les grands sites du nord, à Megiddo, Jezréel et Hazor… À Samarie est construit le palais le plus grand de l’âge du fer au Levant. Nombreux complexes fortifiés qui permettent d’affirmer le prestige royal.

4ème épisode : Mythe ou réalité ?
Reconstitution du palais de Samarie en 3D

La politique d’expansion du royaume d’Israël se heurte cependant aux forces araméennes du royaume émergeant de Damas avec qui il entre en compétition. La puissance croissante d’Aram – centre actuel de la Syrie – met fin au développement d’Israël. Vers 840 av. J.-C., le roi araméen Hazaël reprend le contrôle des territoires du nord-est, et détruit les centres israélites des vallées. Affaibli par les assauts d’Aram, le territoire d’Israël se réduit à la région autour de Samarie, située au cœur de l’état actuel d’Israël, à peine plus grande que Paris.

Est-ce la fin de l’état d’Israël ? Est-ce le début de l’antisémitisme ? Les hommes sont belliqueux et se sont toujours déchirés, sans pour autant engendrer un racisme haineux et persistant.

Fin du 4ème épisode

Retour au blog

Ajouter un commentaire